• Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Icône YouTube

Yannick Souvré, étoile du basket féminin français

Avec 243 sélections avec les Bleues, trois EuroLigue et huit titres de championne de France avec Bourges, Yannick Souvré possède sans nul doute l'un des plus beaux palmarès du basket féminin français. Ancienne capitaine de l'équipe de France, championne d'Europe, et directrice actuelle de la Ligue Féminine de basket, elle revient sur son parcours et livre ses aspirations pour l'évolution de ce sport.


Texte de Louise Hiernaux, journaliste, Femmes ici et ailleurs.

Vous avez été élevée dans une famille bercée par le basket. Est-ce le moteur qui vous a permis de vous lancer ?

Je pense que ça met le pied à l'étrier. Dans le monde du sport collectif (handball, foot, rugby), les enfants suivent souvent la lignée des parents. Mon père a effectivement été international de basket et ma mère a joué en National 2. J'ai toujours baigné dedans et m'y suis sentie comme un poisson dans l'eau car ce sport correspond à ce que je suis. J'étais dépendante des autres et les autres avaient besoin de moi. Quand je partais en stage avec les équipes de France jeunes, c'était ma colonie vacances. Sauf que je m’entraînais deux à trois fois par jour, en plein été.


Avec Bourges, vous avez remporté trois fois l'EuroLigue, une grande première pour le basketball féminin français. Qu'avez-vous ressenti en soulevant cette coupe ?

Dès la deuxième fois où Bourges l'a gagnée (1998), c'était formidable car aucun club masculin - tout sport confondu - ne l'avait jamais fait ! A l'époque, quand nous gagnons le titre, nous ne réalisons pas que nous créons l'histoire du sport français ! J'ai eu la chance de jouer à Bourges, qui est certainement la ville du basket. Quand nous avons remporté la coupe et touché le toit de l'Europe au niveau du basket, c'est toute une ville qui vibre derrière et qui décuple ce que vous ressentez.

Au tennis, les joueuses touchent la même prime que leurs homologues masculins, ce n'est pas le cas dans le basket. Que pensez-vous de cette différence ?

J'ai été capitaine de l'équipe de France pendant six ans et me suis battue pour les indemnités journalières, car elles n'étaient pas les mêmes pour les hommes et les femmes. Je considérais qu'une journée de travail d'une basketteuse équivalait à celle des hommes.

A l'époque, les deux équipes de France étaient qualifiées pour les J.O de Sydney et les hommes étaient logés dans un centre de vacances cinq étoiles, avec femmes et enfants. Quant à mon équipe, elle était dans un hôtel deux étoiles ! Désormais, elles sont à la même enseigne, ont de très bonnes conditions pour évoluer et les mêmes indemnités journalières. J'ai réussi et j'en suis fière car c'est juste !


Depuis le 16 janvier, vous dirigez la Ligue Féminine de basket. Qu'espérez-vous comme évolution pour le basket féminin français ?

J'ambitionne que le basket devienne un des leaders du sport féminin en France. Je veux permettre aux clubs d'être plus exposés, de mieux vivre, que des partenariats soient signés et que les basketteuses françaises puissent être encore plus connues. C'est en ligne avec l'évolution de la société, qui va permettre de donner sa place aux sportives. Nous travaillons très dur pour que le basket féminin dans sa globalité puisse avoir un nouveau souffle. Je sais que les clubs sont en attente de ça, j'espère que j'y répondrais et que nous pourrons aller beaucoup plus loin et beaucoup plus fort.


Le 13 mars, vous participez à la rencontre régionale Sport et Entreprise, organisée par FCE Roanne...

Je suis hyper fière d'avoir été sollicitée. Il y a du beau monde et je vais retrouver Marie-Sophie Obama, la présidente de l'ASVEL féminin. Je suis ravie car le basket féminin sera là en force. J'ai découvert FCE et j'adhère complètement. J'espère que cet événement va rapprocher le monde du sport féminin de ces cheffes d'entreprise. Ce qui me plaît dans la démarche, c'est de me dire qu'elles vont s'inspirer de grands noms du monde du sport, de femmes, qu'elles considèrent avoir réussi, et j'en fais partie.

Ce blog collaboratif est une plate-forme réservée aux membres du Club Femmes ici et ailleurs. Chacun·e a la possibilité de partager dans cet espace ses témoignages, autour de femmes ou d'événements l'ayant particulièrement inspiré·e.


Pour participer, n'hésitez pas à nous envoyer vos productions (écrites ou vidéo) à l'adresse rencontres@editions-8mars.com


Vous souhaitez rejoindre le Club Femmes ici et ailleurs ? C'est par ici que ça se passe !



#YannickSouvre #Basketteuse #EquipedeFrance #LigueFeminine #Championne