“T’es drôle pour une fille”

Mis à jour : févr. 25

En octobre, une étude américaine a “prouvé” que les hommes sont plus drôles que les femmes. Oui oui, vous avez bien lu.


Pour cette découverte digne des premiers pas sur la lune, ces éminents scientifiques ont demandé à 5000 personnes d’écrire des légendes humoristiques pour commenter des images et ont ensuite déterminé, sans connaître le genre du ou de la candidat·e, le palmarès de la rigolade. Et paf, ça a fait des chocapic : nos amis les hommes ont raflé la médaille d’or. Je crie au scandale, j’entame une grève de la faim, je me menotte à la grille de l’Elysée, ni plus ni moins. Petit un : j’aimerais qu’on m’explique comment l’humour se mesure scientifiquement. Un 10 sur l’échelle de Bigard est-il égal au carré de l’hypoténuse de Foresti d’après le théorème de Gardin ? Jean-Mi de la compta sera-t-il en compétition pour le Nobel avec son fameux « à l’année prochaine » lancé à la cantonade le 31 décembre ? Et secundo : s’ils sont plus drôles, n’est-ce pas parce qu’on passe notre temps à encourager les garçons à faire les rigolos et les filles à s’esclaffer pour satisfaire leur ego. On leur agite même la carotte qu’une moitié de fille apparaîtra dans leur lit s’ils parviennent à la faire rire, c’est dire.


Bien que la pertinence de cette étude s’approche du vide abyssal, elle a le mérite de nous interroger sur les rapports entre genre et humour. Toute ma (courte) vie, j’ai entendu des phrases du type “T’es vraiment drôle pour une fille”… Merci mais… non merci pour ce faux compliment ! Être une femme marrante, ça vient avec un package. Pour une blague lancée, un stéréotype offert : trop vulgaire, pas assez féminine, trop à la recherche d’attention, bref pas comme il faut. Comme en témoigne le buzz intersidéral du Non mais allô quoi” de Nabilla, les femmes ont surtout le droit d’être drôles si elles ont l’air idiotes. Mesdames, laissons donc aux hommes le monopole de la plaisanterie et contentons-nous de lâcher une bêtise un peu niaise de temps en temps, ça les rassurera sur leur supériorité intellectuelle. JE RIGOLE (mais pas trop fort quand même, je ne voudrais pas me retrouver à moitié dans un lit).


DE SURCROIT, lorsqu’une femme parvient à passer outre la montagne d’obstacles sexistes qu’on pose sur son chemin et devient humoriste, le panel de ses sujets s’étend souvent des serviettes hygiéniques aux biberons, avec un petit détour par le complexe sur la taille de ses fesses. Comme il y a un Figaro et un Figaro “Madame”, il y aurait l’humour et l’humour “de fille”. C’est bien connu, l’utérus a son département comique, inaccessible pour ceux qui n’en possèdent pas. Non mais allô quoi... De nombreuses femmes sont hilarantes, ne nous privons pas de tous ces rires potentiels, qui de plus nous laisseront entières et dans notre propre lit. Et ça m’arrange.


Aude

#LeBilletdAude #Humour

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Icône YouTube