Sonia Privat, artiste du voyage

Florence Taillefer, alias Gabrielle avec deux ailes, membre du Club Femmes ici et ailleurs, est partie à la rencontre de Sonia Privat, artiste et voyageuse.



Il est 18 heures, rue Saint-Catherine à Rodez. Sonia Privat m’attend pour m’ouvrir les portes de son atelier de peinture. Elle m’accueille chaleureusement, avec un large sourire qui ne la quittera pas jusqu’à la fin de l’interview et bien après… Elle me propose de dîner en compagnie d’une partie de sa famille, un peu singulière et très joyeuse.


Pour le moment, je découvre son havre d’inspiration, son atelier, qui donne sur la cour intérieure. Magnifique ! Mon esprit s’évade déjà en posant mon regard sur les premières toiles rangées par terre. Sous un immense tableau noir qu’elle décore à la craie, des centaines de tubes de peintures et de pinceaux annoncent LA COULEUR ! Car pour Sonia Privat, la couleur et la lumière sont les deux composantes essentielles de ses œuvres. Qu’il s’agisse de ces aquarelles, de ces carnets de voyages, des tableaux sur bois, d’enfants, de vieillards, de femmes du monde entier, la couleur explose sur leur peau, sur leurs vêtements, sur les façades des maisons, dans les ruelles de Saint-Louis…



La couleur, c’est encore ce qu’elle recherche à Zanzibar quand Sonia Privat collabore avec Olivier Föllmi, le célèbre photographe humaniste qui a parcouru, sur quarante ans, les vallées himalayennes. Leur rencontre est l'occasion rare de croiser les regards de deux artistes dans un ouvrage intitulé L’œil et le pinceau. A Zanzibar, Sonia Privat explore, comme une chercheuse d’or, le bleu de la mer, qu’elle va trouver au bout de quatre ans, aux côtés des femmes pêcheuses d’algues. C’est un métier d’une grande dureté qui blesse leurs pieds et leurs mains, mais pas leur sourire, toujours aussi radieux. Coloriste de formation, l'artiste a créé le rouge Privat ! Flamboyant ! Comme elle.


Sonia Privat semble à l’aise, comme un poisson dans l’eau, quand il s’agit de parler devant un micro. Mais il ne faut pas se fier à cette apparence décontractée, même si elle aime dire qu’elle traverse la vie en tongs ! Sonia Privat n’est pas une insouciante. C’est une bosseuse. Elle se lève à quatre heures du matin et travaille jusqu’au soir, dans son atelier, pour peindre, mais aussi écrire. Elle est portée par une autre femme, sa mère, dont la force la conduit à rester plantée dans la réalité.


L'artiste m’explique que son inspiration prend sa source dans les voyages et s’exprime à travers les rencontres qu’elle peut y faire. La femme et l’enfant sont les principaux thèmes de ses tableaux et de ses carnets de voyages. Touchée par les visages des peuples africains, hindous et arabes, Sonia Privat n’a de cesse de les dessiner et de les peindre, alors qu'elle ne représente jamais les monuments. D’ailleurs, elle m’explique qu’elle a réalisé un tableau où un groupe de femmes représente le Taj Mahal (ci-dessous).


Je vous invite à l'écouter dans mon podcast, signé Gabrielle avec deux ailes.



Ce blog collaboratif est une plate-forme réservée aux membres du Club Femmes ici et ailleurs. Chacun·e a la possibilité de partager dans cet espace ses témoignages, autour de femmes ou d'événements l'ayant particulièrement inspiré·e.

Ces contenus n'engagent pas la rédaction.

Pour participer, n'hésitez pas à nous envoyer vos productions (écrites ou vidéo) à l'adresse rencontres@editions-8mars.com

Vous souhaitez rejoindre le Club Femmes ici et ailleurs ? C'est par ici que ça se passe !

#Gabrielleavecdeuxailes #SoniaPrivat #Peinture #Couleur #Zanzibar

logo accueil fia femmes ici et ailleurs blog media club reseau social women france exclusif agenda evenements contenus
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Icône YouTube