• Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Icône YouTube

On se crêpe le chignon ?

Je m’entends beaucoup mieux avec les hommes qu’avec les femmes”, “Une équipe avec que des femmes : il doit y avoir une mauvaise ambiance !”... Gneu gneu gneu gneu.


Vous les connaissez aussi ces stéréotypes selon lesquels les femmes sont mesquines, hypocrites, jalouses, mauvaises langues – insérer ici tout adjectif dévalorisant indiquant qu’elles sont en constante rivalité – ? Peut-être même les avez-vous, comme moi, déjà prononcées ? Il est temps de regarder ces vieilles croyances yeux dans les yeux et d’entamer une procédure de licenciement dans les règles.


Parfois, j’ai l’impression qu’une certaine partie de la population imagine les femmes, notamment dans le cadre professionnel, en train de ricaner les unes derrière le dos des autres, de se tirer les cheveux, de s’écraser avec des talons de 20 cm pour s’approprier la maigre part de gâteau laissée par les mecs. Première remarque : on n’a autre chose à faire. Avec la double – j’irai même jusqu’à quadruple – journée qu’on se tape, je peux vous assurer qu’on a deux/trois autres trucs à penser que de mettre des bâtons dans les roues des autres. Deuxième point : n’oublions pas que pour une même attitude, être directive par exemple, les hommes seront considérés comme de bons managers et les femmes comme des “casse-couilles”. Enchantée mister double standard, pas ravie de faire votre connaissance.


Et puis c’est FAUX. En tout cas, ma réalité ne ressemble pas du tout à ça. Ma réalité, c’est des femmes qui se crient “MAIS T’ES TROP BELLE” lorsqu’elles se croisent bourrées dans les toilettes du bar. Des femmes qui se refilent des tampons sous le manteau dans une salle pleine de gens gênés par le concept des règles. Des femmes qui vont taper la bise à des inconnues en train de se faire emmerder par des harceleurs de rue. Ma réalité, c’est la SORORITÉ. Le serrage de coudes all day everyday. Et la science me donne raison. Oui madame. Oui monsieur. Selon une étude de l’ONG américaine Catalyst, les femmes sont plus enclines que les hommes à s’entraider. Alors… on vous entend plus la team Gneu gneu gneu ?


Enfin, en ce qui concerne la rivalité entre les femmes, je crois qu’il est important de se demander : à qui profite le mythe ? Qui cela peut-il donc bien arranger de faire croire que les femmes ne peuvent pas travailler ensemble, qu’elles sont trop occupées à se disputer pour occuper des postes à responsabilité et qu’il leur faut donc une armée d’hommes pour les diriger/encadrer/prendre leur place ?

Réponse A : Celles et ceux qui n’ont jamais été fan des Spice Girls

Réponse B : Le Vatican et la garde rapprochée de l’Ayatollah Khamenei

Réponse C : Les garant·e·s du système patriarcal


Et l’hôpital se fout pas mal de la charité sur ce coup-là... une étude du Workplace Bullying Institute est arrivée au constat suivant : les hommes représentent 69 % des bullies (que l’on peut traduire par tyrans, harceleurs ou encore méchantes personnes).

Donc à la porte les Gneu gneu gneu, ouste la vieille théorie des langues de vipères, et bienvenue à un monde plus Femmes ici et ailleurs ! (regard caméra)


Aude

#LeBilletdAude #Humour