Muriel Lecerf, porteuse de lumières

Mis à jour : févr. 25

Au sein du Club Femmes ici et ailleurs, nous avons la chance de compter des personnalités exceptionnelles, agissant dans des domaines très divers, en France et bien au-delà de nos frontières. Chaque vendredi, la rédaction du magazine met en lumière une d'entre elles.

Cette semaine, Muriel Lecerf, dans la région lilloise, impressionnante de détermination et de dévouement.

Propos recueillis par Louise Hiernaux, journaliste, Femmes ici et ailleurs


Quel a été votre parcours jusqu'à votre engagement associatif ?

J'étais directrice administrative et financière dans une PME depuis trente ans. Et en 2011, ma fille aînée Fanny, âgée de vingt-cinq ans, est tombée malade. Les médecins ont annoncé qu'elle était atteinte d'un cancer qui touchait les enfants, un neuroblastome, un cancer du tronc cérébral. Fanny était une jeune femme en dernière année d'études qui adorait la vie, voulait se marier, avoir des enfants. Je l'ai accompagnée durant tout son combat qui a duré quatre ans et demi. Lors de nos déplacements à l’hôpital, nous nous sommes rendu·e·s compte des manquements au niveau de l'accompagnement des familles. Pour les parents et les accompagnant·e·s, du jour au lendemain, ça vous tombe dessus, c'est un tsunami dans votre vie. On vous dit : “Il faut rester fort et montrer à votre enfant que tout va bien.” C'est très déstabilisant. Fanny voulait être professeure des écoles, adorait les enfants et m'avait confié : “Maman, si je m'en sors, on fera un jour quelque chose pour tous ces enfants et leurs parents !” Il y a deux ans, une amie m'a suggéré l'idée de monter une association. C'est là que Fannette, à l'infini des étoiles est née.

Quel est le principe de l'association ? Nous nous sommes orienté·e·s sur l'accompagnement des familles. Pour ce faire, nous avons recontacté le Centre Oscar Lambret, où Fanny était suivie à Lille. J'ai le bonheur d'avoir une nièce qui est infirmière et sophrologue, une médecine parallèle centrée sur la relaxation. Elle a accompagné Fanny et nous, ses parents, pour nous apprendre à nous détendre et à ouvrir une petite bulle d'oxygène durant ces épreuves.

Nous avons alors proposé la mise en place de séances de sophrologie au Centre Oscar Lambret. Le projet a été validé par un jury d'une dizaine de médecins et a démarré en février 2018. Notre sophrologue est en place tous les jeudis et vendredis matins. Elle accueille les enfants, les adolescent·e·s, les familles qui le souhaitent pour réaliser des ateliers individuels ou en groupes. Les séances s'ouvrent à l'ensemble du service de cancérologie, soit une centaine de familles ayant un enfant en oncologie pédiatrique. Mon but est de faire du bien aux personnes qui en ont besoin et qui souffrent. Et ça marche très très bien ! Les enfants en soin retrouvent le sommeil, sont plus apaisé·e·s, ça leur apporte beaucoup de quiétude. Quant à moi, je vais pousser toutes les portes pour trouver des financements. La sophrologie est donc payée à 100 % par notre association.


Quelles activités votre association organise-t-elle ? Fannette à l'infini des étoiles rassemble une dizaine de bénévoles. Pour financer les séances, nous avons organisé des ateliers de crochet et de couture afin de créer une petite ligne de vêtements. Ensuite, nous les vendons sur les réseaux sociaux. En ce qui concerne l'achat de matériel, nous recevons des dons des magasins Phildar ou Domotex pour du tissu. Par ailleurs, nous avons mis en place un Marché des créateurs et créatrices. Situé à Roncq, il accueille entre quinze et vingt-cinq artisan·e·s qui s'engagent à reverser 20% de leur chiffre d'affaires à Fannette. Chaque année, nous orchestrons un goûter de Noël pour les enfants du Centre Oscar Lambret et offrons des cadeaux réalisés par nos soins.


Quand vous n'êtes pas active pour cette association, qu'appréciez-vous particulièrement ? Marcher le long de la plage l'hiver, les animaux et la musique. Mais par-dessus tout, l'amour et la découverte des autres car je pense que dans toute personne, il existe un tas de richesses insoupçonnées. J'ai totalement changé depuis la maladie de ma fille. Cet événement a vraiment été un déclic pour moi. Désormais, je m'émerveille d'un rien. Chaque jour vaut la peine d'être vécu et il faut savoir apprécier ce qu'il y a autour de nous. J'ai toujours été très active et du jour au lendemain, lorsque tout s'arrête, ce n'est pas évident, car j'adorais mon métier. Actuellement, je continue de travailler trois jours par semaine pour tout de même garder ce lien très important pour mon équilibre. Pourquoi avoir intégré Femmes ici et ailleurs ? J'ai découvert Femmes ici et ailleurs via Sandrine Devienne, une amie de longue date. Je trouve cela formidable de mettre les femmes à l'honneur. Avec aussi des femmes d'autres pays, avec d'autres cultures et traditions. Puis, c'est fantastique de découvrir des portraits de celles qui s'investissent pour autrui, dans les associations notamment. Des femmes qui sont là pour faire évoluer les choses et les mentalités. Je suis allée au lancement du Club à Lille et j'ai trouvé très intéressant de découvrir, de s'ouvrir à ce que d'autres femmes font. Toute seule on va plus vite, mais ensemble on va plus loin.


En savoir plus ?

Fannette à l'infini des étoiles




Ce blog collaboratif est une plate-forme réservée aux membres du Club Femmes ici et ailleurs. Chacun·e a la possibilité de partager dans cet espace ses témoignages, autour de femmes ou d'événements l'ayant particulièrement inspiré·e.


Pour participer, n'hésitez pas à nous envoyer vos productions (écrites ou vidéo) à l'adresse rencontres@editions-8mars.com

Vous souhaitez rejoindre le Club Femmes ici et ailleurs ? C'est par ici que ça se passe !



#ClubFIA #Membre #MurielLecerf

logo accueil fia femmes ici et ailleurs blog media club reseau social women france exclusif agenda evenements contenus
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Icône YouTube