• Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Icône YouTube

Marie Grégond-Roinard, l'entrepreneuriat au féminin

Mis à jour : févr 25

Au sein du Club Femmes ici et ailleurs, nous avons la chance de compter des personnalités exceptionnelles, agissant dans des domaines très divers, en France et bien au-delà de nos frontières. Chaque vendredi, la rédaction du magazine met en lumière une d'entre elles.


Cette semaine, Marie Grégond-Roinard, dans la région parisienne, porte haut et fort ses engagements sociaux dans le milieu professionnel.


Propos recueillis par Louise Hiernaux, journaliste, Femmes ici et ailleurs


Quel a été votre parcours jusqu'à votre engagement pour la parité professionnelle ?

Je suis directrice des opérations à OTO Technology, une société de conciergerie technologique. Nous faisons du sur-mesure dans trois domaines d'expertise qui sont l'IT (Information Technology), le web-digital et les nouvelles technologies comme la robotique. J'ai un rôle transversal qui concerne aussi bien la gestion de projets que la mise en place de stratégie d'entreprise, mais aussi le côté Ressources humaines car je tiens particulièrement à ce que tout le monde soit bien dans la société.

Auparavant, j'ai fait l’École du Louvre en Histoire de l'art puis un double cursus de marketing et de communication. Mes premiers jobs étaient surtout rattachés à la culture. J'ai plusieurs années d'expérience dans le cinéma et la musique. J'ai travaillé pour des grands festivals de cinéma et en production de documentaires culturels : rien à voir avec les nouvelles technologies. Très vite, je suis devenue passionnée par ce domaine qui n'était pas du tout le mien.


Pourquoi vous êtes-vous dirigée vers ce domaine ?

Un jour, Anne de Kerckhove, une de mes anciennes supérieures, a bâti la structure française d'une société américaine dans le digital et m'a dit : “Ça te tenterait de rejoindre l'aventure ?” J'ai accepté même si je ne connaissais pas grand-chose à ce milieu. Je pense que le côté innovant, l'infini des possibles et des usages dans les nouvelles technologies m'a attirée. Cet univers a permis de révolutionner des domaines comme le médical et le spatial. Il se construit au jour le jour avec des enjeux humains et sociaux fabuleux !


Est-ce qu'il y a beaucoup de femmes dans ce milieu ?

Que ce soit dans l'informatique ou dans le digital, le cadre de travail reste très masculin. Avec Anne de Kerckhove que je considère comme mon mentor sur le plan professionnel, ce sujet nous a interpellées. Nous nous sommes dit : “Mais bon sang ! Il y a des femmes qui cartonnent dans ce milieu mais personne n'en parle ou ne les met en avant !”

C'est pourquoi, en 2013, nous avons décidé de mettre en place des soirées de networking afin de réunir celles qui ont réussi dans le digital. Des femmes brillantes, éclipsées mais qui faisaient bouger les lignes en terme de parité, avec un niveau d'expertise technologique et digital assez impressionnant. Le but à travers ces rencontres fabuleuses était de créer notre petit réseau mais par-dessus tout, de parler de ces femmes et de les faire se rencontrer. Grâce à ces rendez-vous de networking, on a abouti à des collaborations professionnelles, de contenu, et poussé la réflexion autour de : “qu’est-ce que nous pouvons faire pour aider la parité dans cet univers ?” C'est à partir de ce moment-là que j'ai voulu m'engager dans cette parité inexistante au niveau des nouvelles technologies.


Comment portez-vous ces engagements dans votre travail quotidien ?

Tout d'abord, à travers un dialogue très ouvert que j'entretiens avec les deux fondateurs de OTO Technology.

Une étape fondamentale car il est très compliqué d'avancer si nous ne partageons pas les mêmes valeurs. Quand je suis arrivée dans cette entreprise, nous étions deux femmes.

Depuis, tout a évolué car, aujourd’hui, nous sommes de plus en plus de femmes à des postes de responsabilité. Cette parité est essentielle afin d'apporter une balance en termes de contenu, de réflexion nuancée et une ouverture supplémentaire sur les différents projets. Par ailleurs, je donne des cours à des étudiant·e·s dans des écoles de communication et d'événementiel. Des filières dans lesquelles la population est essentiellement féminine. Je leur explique alors que la parité va dans les deux sens. J'essaye de sensibiliser cette jeune génération qui est souvent pleine de préjugés et avec une vision de clivage assez prononcée sur le cadre professionnel.



Au-delà de vos engagements pour plus de parité, vous êtes également mobilisée sur la question du handicap.

Tout à fait. De nos jours, 80 % du handicap est invisible comme un cancer ou encore des douleurs articulaires. Cependant, ce sont des personnes tout à fait aptes à être devant leur ordinateur, à participer à des réunions ou émettre des idées. Malheureusement, en France, nous avons beaucoup de mal à passer ce cap-là. Il existe un réflexe de recul et de jugement vis-à-vis de quelqu'un avec un souci de santé et ce, sans même savoir si la personne est bonne dans son expertise. Conséquence ? Les personnes handicapées ne parlent pas de ce qu'elles ont dans leur entreprise. Au contraire, la transparence devrait être une aide pour tout le monde ! C'est pourquoi, au sein de mon entreprise, je mets un point d'honneur à appliquer une politique d'accompagnement et de prévention.


Pourquoi avoir intégré Femmes ici et ailleurs ?

J'en ai entendu parler via Clémence Leveau, qui s'occupe du Club à Nantes. Je l'ai rencontrée parce que je l'avais invitée à nos fameux événements de networking. Nous partagions les mêmes valeurs. J'ai donc décidé d'adhérer et de rejoindre le mouvement. J'en parle beaucoup autour de moi ! Des mamans de la crèche tout comme à mon réseau professionnel.


Quel article vous a particulièrement marqué dans le magazine ?

La rubrique qui m'a fait rire et que j'ai trouvé fantastique concerne le mot “Sorcière”. J'ai adoré le ton malin et intelligent qui démontre tout le fond du problème. Bien sûr, j'ai trouvé d'autres articles de fond très forts comme les bikeuses amérindiennes car ça dénote des choses gravissimes sur la condition des femmes ailleurs.

En savoir plus ?

Marie Grégond-Roinard




Ce blog collaboratif est une plate-forme réservée aux membres du Club Femmes ici et ailleurs. Chacun·e a la possibilité de partager dans cet espace ses témoignages, autour de femmes ou d'événements l'ayant particulièrement inspiré·e.



Pour participer, n'hésitez pas à nous envoyer vos productions (écrites ou vidéo) à l'adresse rencontres@editions-8mars.com



Vous souhaitez rejoindre le Club Femmes ici et ailleurs ? C'est par ici que ça se passe !



#ClubFIA #Membre #MarieGrégondRoinard #Entrepreneuriat