Lucienne Heuvelmans, première sculptrice lauréate du prix de Rome

Mis à jour : mars 19

Texte de Laurence Dionigi, membre du Club Femmes ici et ailleurs, Nice. D’origine belge, Lucienne Heuvelmans, fille d'un père ébéniste d'art et dessinateur et d'une mère modiste, est née en 1881 à Paris. Elle suit des cours de sculpture à l’académie Julian, établissement privé qui propose aux jeunes étudiantes des cours de nu·e·s et d’anatomie. Lucienne Heuvelmans se perfectionne ensuite à l’École nationale des Arts Décoratifs en 1897, dans la section des filles avant d’être admise aux Beaux-Arts de Paris. En 1911, après cinq tentatives infructueuses, elle est la première femme à décrocher le célèbre prix de Rome* pour son bas-relief Oreste veillant sur le sommeil d’Électre. Elle n’a alors que trente ans.

Lucienne Heuvelmans séjourne à la Villa Médicis de 1912 à 1914 et y parfait sa formation. Les journalistes de l’époque saluent cette première, tandis que d’autres s’interrogent sur le bien-fondé d’une femme à la Villa Médicis. Le 6 août 1911, la revue Les Annales politiques et littéraires relève : “La voilà en route pour la Ville Éternelle, récompense personnelle de son énergique labeur, de son vrai talent et belle victoire féminine.” De même, un article du Monde artiste : “Son succès, qui crée un précédent et marque l’abolition d’une tradition plus de deux fois séculaire, constitue donc une éclatante victoire du féminisme.” À son retour en France, Lucienne Heuvelmans donne des cours le dessin dans les écoles à Paris et ouvre son propre atelier où elle enseigne également. Dans les années 1930, ses thèmes s’orientent davantage vers la mythologie et l’art religieux.


Elle continue d’exposer régulièrement au Salon des artistes français ainsi qu’au Salon des artistes décorateurs du Grand Palais entre 1926 et 1933. Elle se lance ensuite dans la peinture et illustre des ouvrages de poésie.


Au cours de sa carrière d’artiste, Lucienne Heuvelmans aura obtenu six prix et deux distinctions, dont la médaille de la chevalière de la Légion d’honneur en 1926 au titre du Ministère des Beaux-Arts. À Paris, ses œuvres sont visibles à l’Assemblée nationale, à l’École des Beaux-Arts ou encore au Cercle national des Armées. À Leuze-en-Hainaut, ville natale de sa mère en Belgique, se trouvent également un monument aux morts et de nombreux monuments religieux signés par l'artiste. Elle léguera son fonds d’atelier à l’église Notre-Dame d’Espérance.


Lucienne Heuvelmans est morte en 1944, à soixante-trois ans et repose dans le caveau familial au cimetière du Père-Lachaise à Paris. Cette année 2019, une rétrospective lui a été consacrée pour la première fois, à travers un regard croisé au Musée des Beaux-Arts de Dole dans le Jura.

*Le prix de Rome a été créé en 1663 sous le règne de Louis XIV puis supprimé en 1968 par André Malraux. Ce concours visait à récompenser un artiste dans différentes disciplines. Les femmes n’étaient d'abord pas autorisées à concourir : elles ne purent s’y inscrire qu’en 1903. Le ou la lauréat·e avait ensuite la possibilité de se rendre à la Villa Médicis à Rome pour peaufiner son enseignement dans sa spécialité. Pour elles et eux, décrocher ce prix était synonyme de gloire et de nombreuses commandes. De 1903 à 1968, on ne dénombre que 24 femmes pensionnaires : cinq peintresses, cinq sculptrices, trois graveuses et onze musiciennes.



🤝 Les membres du Club Femmes ici et ailleurs ont eu la chance d'échanger avec Laurence Dionigi, qui est l'autrice de nombreux articles sur les femmes dans l'histoire. Ça vous tente ?



Laurence Dionigi est une autrice, conférencière, chroniqueuse et grande voyageuse, ayant collaboré à de nombreux médias de par le monde. Depuis 2013, elle organise la manifestation, Fémin Auteures, à Antibes et anime des cafés littéraires dans la région niçoise. Avec une dizaine d'ouvrages à son actif, elle met lumière la place des femmes dans l'art avec par exemple Les grandes oubliées de l'art. Pour en savoir plus ? Babelio Les Éditions Ovadia



Ce blog collaboratif est une plate-forme réservée aux membres du Club Femmes ici et ailleurs. Chacun·e a la possibilité de partager dans cet espace ses témoignages, autour de femmes ou d'événements l'ayant particulièrement inspiré·e.

Ces contenus n'engagent pas la rédaction. Pour participer, n'hésitez pas à nous envoyer vos productions (écrites ou vidéo) à l'adresse rencontres@editions-8mars.com

Vous souhaitez rejoindre le Club Femmes ici et ailleurs ? C'est par ici que ça se passe !



#LucienneHeuvelmans #sculptrice #PrixdeRome #LaurenceDionigi #Histoire #Arts

logo accueil fia femmes ici et ailleurs blog media club reseau social women france exclusif agenda evenements contenus
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Icône YouTube