Indira Gandhi

Mis à jour : il y a 4 jours

Sixième épisode d’une série d’articles sur les femmes ou les « oublis » de l’Histoire par Juliette Raynaud, membre de Femmes ici et ailleurs.


Vous connaissez Indira Gandhi ? Première Ministre de la toute jeune nation indienne, elle joua habilement le jeu de la Guerre Froide et imposa l’Inde sur la scène des puissances mondiales.

Indira Gandhi n’a pas eu d’enfance. Dans sa famille, une seule chose compte : le combat pour libérer l’Inde. Son grand-père, Motilal Nehru, est le fondateur du parti du Congrès. Son père, Jawaharlal Nehru, dirige la lutte indépendantiste. Le destin a voulu qu’elle épouse un homme qui partage le même nom que son parrain, le Mahatma Gandhi.


Le jour de l’Indépendance, son père devient Premier Ministre. Pendant dix-sept ans, Indira Gandhi l’accompagne partout. A ses côtés, elle rencontre tou·te·s les grand·e·s de ce monde, elle observe, elle apprend. Quand il succombe à une crise cardiaque en 1964, Indira Gandhi a quarante-sept ans et elle est prête. Très vite, elle s’impose à la tête du pays. Pour les Indien·ne·s, c’est une évidence : qui d’autre que la fille du Père de la Nation ?

Documentaire “Décolonisations” de Karim Miské, Pierre Singaravélou et Marc Ball (2017)

550 millions d’Indien·ne·s. Indira Gandhi ne se laisse pas impressionner, elle est née pour diriger ce pays. La tâche qui l’attend est titanesque : sortir l’Inde du sous-développement et en faire une puissance du XXe siècle. Mais avant de pouvoir s’y consacrer, elle doit régler la plus grosse crise que le pays ait connu depuis l’Indépendance.


Fin mars 1971, un flot ininterrompu d’enfants, de vieillard·e·s, de femmes et d’hommes traverse la frontière qui sépare le Pakistan oriental de l’Inde. Effrayé·e·s, affamé·e·s, ils et elles fuient la mort, les viols de masse, l’horreur systématique. Leur crime ? Vouloir créer un pays à eux, le Bangladesh.


Indira Gandhi se rend à Washington pour tenter de faire entendre raison au président Richard Nixon, principal allié des généraux pakistanais. S’il sourit pour la caméra, il n’a aucune intention de changer sa position et continue d’envoyer des armes au Pakistan. Pragmatique, Indira Gandhi se tourne vers le pire ennemi des Américain·e·s et signe un traité d’amitié avec l’Union Soviétique.


Elle peut maintenant afficher ouvertement son soutien aux indépendantistes du Bangladesh. Lorsque le Pakistan lui déclare la guerre, elle est sereine : son armée est bien plus puissante. Elle envahit le Pakistan oriental dès le lendemain. Pour intimider la Première Ministre, Nixon envoie son plus gros porte-avion nucléaire dans le Golfe du Bengale mais sa flotte est rapidement encerclée par les sous-marins soviétiques. Privés du soutien américain, les généraux pakistanais renoncent. Le Bangladesh est désormais indépendant.


Indira Gandhi a gagné mais elle ne veut plus que l’Inde dépende de quiconque. Moins de trente ans après l’Indépendance, l’ancienne colonie fait son entrée dans le tout petit club des nations possédant la bombe nucléaire, pour le meilleur ou pour le pire…


Texte inspiré par le documentaire Décolonisations de Karim Miské, Marc Ball et Pierre Singaravélou.

Ce blog collaboratif est une plate-forme réservée aux membres du Club Femmes ici et ailleurs. Chacun·e a la possibilité de partager dans cet espace ses témoignages, autour de femmes ou d'événements l'ayant particulièrement inspiré·e. Ces contenus n'engagent pas la rédaction.


Pour participer, n'hésitez pas à nous envoyer vos productions (écrites ou vidéo) à l'adresse rencontres@editions-8mars.com

Vous souhaitez rejoindre le Club Femmes ici et ailleurs ? C'est par ici que ça se passe !

#Inde #Histoire #IndiraGandhi #Inspirante #JulietteRaynaud

logo accueil fia femmes ici et ailleurs blog media club reseau social women france exclusif agenda evenements contenus
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Icône YouTube