Catherine Babin

Au sein du Club Femmes ici et ailleurs, nous avons la chance de compter des personnalités exceptionnelles, agissant dans des domaines très divers, en France et bien au-delà de nos frontières. Chaque semaine, la rédaction du magazine met en lumière une d'entre elles.

Cette semaine, nous vous présentons Catherine Babin.

Propos recueillis par Emma Ducassou-Pehau, journaliste, Femmes ici et ailleurs




Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

J’avais une vie toute tracée : j’ai fait des études médico-sociales, je me suis mariée très jeune, j’ai eu des enfants. Puis un jour, j’ai eu envie de changement. Il fallait que ma vie évolue. A travers ma peinture et aux grés de mes rencontres, j’ai pu prendre un autre chemin. Aujourd’hui je suis une artiste-plasticienne et une « féministe d’action ». Si je me suis formée en autodidacte, j’ai toujours été très alerte sur la cause féministe. Dès quinze ans, je lisais Benoîte Groult, Simone de Beauvoir… Je me définis comme une féministe universaliste. Ce qui m’intéresse, au travers de mon travail, c’est de faire passer des messages sur la condition des femmes dans le monde. J’utilise tous les espaces de dramatisation : la vidéo, la réalisation, la mise en scène et la peinture. En cinq ans j’ai réussi à faire 300 tableaux. Je travaille sur une fresque retraçant la vie des femmes, les droits sociaux, humains, la dignité, l’inclusivité, la liberté, l’égalité, la sécurité, la maternité, l’amour et la combativité. Comme disait Simone de Beauvoir, « rien n’est jamais gagné », et nous avons encore un long sentier à parcourir pour changer les choses.




Quels sont vos différents projets ?

J’ai énormément de projets. Je prépare notamment un « contre-défilé » de mode. Pour cela, j’ai imprimé mes tableaux sur des vêtements. Je travaille aussi à la réalisation d’un film, en autoproduction, sur des femmes artistes du monde entier. Tout mon travail s’entremêle. J’ai conçu un album illustré avec ma sœur Célice : Mamoon, une petite sorcière comme les autres. J’y aborde des thématiques comme le consentement, l’invisibilité des femmes, les féminicides. J’interviens aussi auprès des adolescent·e·s, je loue mes tableaux aux lycées, je les expose dans des galeries, j’organise des animations gratuites dans différentes villes. J’interviewe différentes femmes artistes, dont je recueille les témoignages pour mes albums illustrés mais aussi mon film. Par exemple, j’ai rencontré l’artiste afghane Kubra Khademi, qui a confectionné une armure pour dénoncer les attouchements que les femmes subissent au quotidien.


Pourquoi vous avez rejoint le club Femmes Ici et Ailleurs ?

J’ai découvert le magazine et le club il y a trois ans. Les thématiques ont résonné en moi. D’ailleurs, je n’arrête pas de le montrer. Je suis ambassadrice depuis peu, j’en suis très fière. Au-delà du fait que les articles sont intéressants et passionnants, il parle de vraies personnes, d’histoires qui touchent toutes les femmes à travers le monde. Ça me rappelle l’histoire du colibri de Pierre Rabhi : c’est avec les petites choses qu’on fait les grandes rivières. Parce que plus nous serons nombreux et nombreuses, mieux ce sera.



Ce blog collaboratif est une plate-forme réservée aux membres du Club Femmes ici et ailleurs. Chacun·e a la possibilité de partager dans cet espace ses témoignages, autour de femmes ou d'événements l'ayant particulièrement inspiré·e.

Pour participer, n'hésitez pas à nous envoyer vos productions (écrites ou vidéo) à l'adresse rencontres@editions-8mars.com

Vous souhaitez rejoindre le Club Femmes ici et ailleurs ? C'est par ici que ça se passe !

#CatherineBabin #Ellessontleclub #ClubFIA #Membre #Mamoon

logo accueil fia femmes ici et ailleurs blog media club reseau social women france exclusif agenda evenements contenus
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Icône YouTube